Accueil > Environnement > Énergie > Un « bâtiment à énergie positive »

Un « bâtiment à énergie positive »

Afin d’accueillir de nouvelles activités économiques, les travaux de construction du « bâtiment à énergie positive » ont démarré fin mars 2017, à la zone d’activités de Fromentières à Vernoux en Vivarais.

La Communauté d’Agglomération s’engage ici à Vernoux en Vivarais pour le maintien et le développement de nouvelles activités économiques avec la construction d’un bâtiment neuf, aux normes BEPOS (« Bâtiment à Énergie Positive »), en cohérence avec les labels TEPOS (« Territoire à énergie positive ») et TEPCV (« Territoire à énergie positive pour la croissance verte »).

- Démarrage des travaux - Mars 2017.


Montant prévisionnel des travaux

Le montant prévisionnel des travaux est de 800.000 €HT, avec un financement de la Communauté d’Agglomération Privas Centre Ardèche (emprunt), de l’État (FSIL - Fonds de soutien à l’investissement public local) pour 170.056€ et du Département de l’Ardèche pour 100.000€.

À terme, l’idée est que ce bâtiment et le site d’activités de Fromentières deviennent un véritable pôle de coopération permettant de faire émerger de nouvelles activités à fort potentiel. Il est à noter que des clauses sociales ont été intégrées dans le marché de travaux : elles permettront de générer 770 heures de travail au profit de demandeurs d’emploi du territoire.


Un bâtiment qui produit plus d’énergie qu’il n’en consomme pour son fonctionnement !

Un bâtiment à énergie positive doit trouver un « équilibre entre sa consommation d’énergie non renouvelable (pour tous les usages énergétiques du bâtiment) et sa production d’énergie renouvelable ou de récupération injectée dans le réseau (y compris par les espaces attenants à la construction), dont le bilan énergétique est inférieur à un seuil défini par arrêté.

Le caractère excédentaire en énergie (« positif ») est permis par des principes constructifs et bioclimatiques, mais aussi par le comportement des usagers (gestion efficiente des usages, des consommations de l’électroménager et de l’informatique, de la mobilité…). La quantité d’énergie produite sur le toit, murs, ombrières… doit au moins compenser la somme des consommations énergétiques moyennes annuelles sous le toit (source : wikipedia).


Galerie photos

JPEG - 121 ko
JPEG - 119.7 ko



Imaginez le nom du futur réseau de transport ! Théâtre : « La Tempête » au Théâtre de Privas - Du 16 au 30 novembre 2017